En route vers la réussite

    Social

Septembre 2023 marquait la première rentrée pour le Programme de Réussite Educative. Rencontre en interview avec Marine Bonnefoux, coordinatrice référente du programme sur Les Sorgues du Comtat.

Marine Bonnefoux : "J’ai débuté les premiers accompagnements début septembre 2023 avec les familles entrant dans le parcours PRE. Après 6 mois de diagnostics, avec le soutien de l’Etat, de la Caf, de la MSA,du département et des communes ce nouveau dispositif a pu voir le jour dans le cadre de notre compétence "politique de la ville".
Les enfants ont entre 2 et 16 ans. Sur une capacité de prise en charge de 30 enfants résidant sur les Quartiers Politique de la Ville de Sorgues et Monteux, 12 sont actuellement inscrits sur Sorgues et 3 sur Monteux. 

Ce parcours s'organise avec l'accord des familles ?
- Oui ; Mais plus que l’accord des familles, je recherche un réel travail de collaboration. Les parents adhèrent à une démarche de changement pour leur enfant qui rencontre des difficultés scolaires. Mon intervention s’organise lorsque ces difficultés sont dues à autre chose qu'un manque de travail scolaire. Elles peuvent être d'ordre familial, éducatif, social, de santé, de comportement. Cela peut être par exemple un enfant qui rencontre des difficultés scolaires à cause d’un trouble de santé que les parents n’arrivent pas à faire prendre en charge. Afin de permettre un regard croisé, les objectifs de travail fixé avec les familles sont établis par une équipe pluridisciplinaire qui est à l'écoute des difficultés de l'enfant.

Qui est cette équipe ?
- Commençons par expliquer les grandes étapes du parcours « Programme de réussite éducative ». 
1-Un membre de la communauté éducative, par exemple un enseignant, repère des difficultés pour un enfant qu’il estime que le PRE peut aider. 
2-Cette personne propose à la famille l’aide du PRE. Si la famille l’accepte, le membre de la communauté éducative me sollicite, c’est la porte d’entrée du PRE. 
3-Je contacte ensuite les familles pour identifier avec elle les difficultés de leur enfant. Si le PRE peut y répondre, une équipe pluridisciplinaire est constituée pour organiser le parcours de l'enfant. On y retrouve l'Education nationale, les infirmières scolaires, les assistantes sociales, les centres sociaux... Chacun a sa spécificité mais définit des objectifs communs pour l'enfant. 
4-Je définis ensuite des actions permettant d’apporter une solution aux objectifs, en partenariat avec la famille. Une mauvaise maîtrise du français ? Je propose un accompagnement vers l'alphabétisation ou un atelier vocabulaire. Un comportement inadapté à l'école ? Un bilan médical peut être proposé. Une difficulté à aller vers les autres peut amener à les diriger vers un club de sport.
La clé du programme de réussite éducative est d’avoir un large panel d’actions qui ne sont pas figées mais adaptées en fonction de chaque enfant et chaque famille ; cela peut aller de l’aide aux démarches à la mise en place d’ateliers parent-enfant.

C'est-à-dire ?
- Pour vous donner un exemple concret, lors des vacances scolaires, je propose un programme individualisé pour chaque enfant. Il va me permettre entre autres d'évaluer l'enfant, de conforter les objectifs définis avec l'équipe et d'établir une relation de confiance avec lui et sa famille. Spectacle, activités artistiques, manuelles, sportives, ateliers cuisine, peinture... les parents sont quelquefois là pour renforcer la relation parent-enfant et d'autres fois l’enfant vient seul pour renforcer le sentiment de sécurité malgré la séparation. Toutes ses actions tournent autour d'un thème. Ces périodes de vacances, l'automne, Halloween... sont ainsi le prétexte pour remplir des objectifs comme l’amélioration du vocabulaire, l’ouverture culturelle, favoriser l’expression de l’enfant ou encore valoriser et optimiser les compétences parentales.  

Accompagner c'est donc rompre l'isolement ?
- Oui mais la règle est de ne pas faire de copier-coller. L'accompagnement doit être individualisé. Dans notre système, quand des petits grains de sable se mettent dans les rouages, cela ne fonctionne plus. Par des actions individuelles et adaptées à chaque famille, nous pouvons mettre un peu d'huile dans les rouages même si il n'y a pas de baguette magique. Mais avec de l'aide et du soutien, l'enfant peut trouver sa place. Un bon maillage des actions partenariales est primordial. Ensemble on trouve des solutions, on brise l'isolement. 

Par exemple il est difficile de suivre la scolarité de son enfant lorsque l'on ne parle pas Français. Prendre un bus peut être une épreuve. Dans ce cadre, nous allons prendre le bus ensemble, on explique et tout le monde prend confiance. La méconnaissance crée des blocages. J'essaie de les casser, d'ouvrir des horizons et de créer des liens pour une inclusion.

S'ouvrir pour mieux réussir finalement !
- Mon objectif est de pouvoir créer une égalité des chances. J'ai la conviction que la prise en charge doit se faire dès la maternelle. Il faut agir correctement et au plus tôt. On lance un début de parcours, on donne des pistes aux familles, charge à elles ensuite lorsque le parcours PRE prend fin de les poursuivre, en famille."

Qui est Marine ?

De formation initiale d'infirmière puéricultrice effectuée entre Avignon et Marseille, elle accompagne les enfants âgés de 0 à 18 ans ainsi que les parents. Après un bref passage à l'aide sociale à l'enfance, elle a été directrice de crèche durant 10 ans où elle a géré entre 45 et 50 places et 18 agents à Jonquières et Caumont. Puis changement de voie à 32 ans, avec le même fil rouge : elle devient coordinatrice référente PRE grâce aux compétences acquises. "J'ai toujours agi autour de l'accompagnement à la parentalité, pour le bien être des enfants, sous le secret professionnel."